Si la photographe Laurence Biaggi s’inspire au départ de lieux particuliers, en exploitant un périmètre géographique aussi bien proche que lointain, c’est dans un équilibre perçu « entre l’abstrait et le concret » que se poursuit sa quête esthétique. Une quête libre, sereine, exigeante. Plusieurs expositions ont déjà permis à Laurence Biaggi de dévoiler son travail : Alley Gallery (Paris – 18è) en 2018, Galerie Etienne de Causans (Paris – 6è) et Vœux d’Artistes à Marseille en 2019, une participation à l’exposition internationale « The Art of Photography », organisée par PH21 @Barcelona en Janvier 2020, ainsi qu’à la Galerie Collection Privée en septembre 2020. La motivation principale de la photographe tient avant tout à son appréhension du beau. Elle collabore avec la revue Maquis, en illustrant en Juin 2020 un article sur les chapelles du Cap Corse avec une série de photos.

A la fois charnel et immatériel, empreint d’une matière qui vibre, le travail de Laurence sert un registre onirique, similaire parfois à l’univers de la peinture. En ce sens, son approche des éléments tourne autour de la liquidité, de la luminosité, avec le bleu en ligne de mire. Si la dimension du voyage apparaît parfois dans le travail de la photographe, c’est afin de partager la possibilité d’évasion qu’il offre. En somme, il s’agit de tourner son objectif vers l’extérieur, parce que la recherche de l’espace mène à se percevoir à nouveau comme individu, avec les pleines capacités de son autonomie.

La résonance sensorielle de l’image, qui est au cœur de l’oeuvre de Laurence Biaggi, offre une expérience unique de découverte de ses photographies grâce au choix de papier qu’elle utilise pour ses tirages. Ses séries de photographies incitent au toucher, à la sensorialité. Et résonnent ainsi avec nos émotions.

Courrier Ave Tel   Copie